Rencontre avec l’Usine Extraordinaire, du 22 novembre au 31 décembre 2021

18/11/2021

Pour sa 4ème édition, l’Usine Extraordinaire invite les jeunes à « une plongée inédite au cœur de l’industrie ! ». Un événement digital organisé par des industriels et des acteurs majeurs du monde de l’industrie. Christine Baze, présidente d’Industries Méditerranée, nous présente l’événement.


Rencontre avec Christine Baze, présidente d'Industries Méditerranée


1/ Qu’est-ce que l’Usine Extraordinaire ?

L’Usine Extraordinaire est un événement placé sous le signe du mécénat : 40 entreprises sont impliquées dans cette opération, dans des secteurs aussi variés que l’énergie, les transports, la pharmacie, la mécanique de précision… et il n’y a pas que des grands groupes : les PME sont là aussi ! C’est une histoire de famille de l’industrie qui veut faire découvrir l’immense diversité des métiers.

Aujourd’hui les industries ont des forts besoins en compétences mais elles rencontrent des difficultés pour recruter : ce manque d’attractivité est lié à une méconnaissance des possibilités qu’offre le secteur. Notre objectif est de faire découvrir les métiers de l’entreprise pour donner envie eux jeunes et aux demandeurs d’emploi de se former ; de montrer que l’industrie innove, recrute, qu’elle est dynamique, numérique, inclusive et ouverte aussi bien aux filles qu’aux garçons. Et pour cela, il faut donner à voir, et de façon ludique.

2/ Quels événements sont proposés ?

Pour cette 4ème édition, entièrement digitale, nous mettons en place une plateforme sur laquelle le grand public peut déambuler pour  découvrir les métiers de l’industrie à travers des contenus variés : des visites virtuelles d’usines, des quiz « Quel métier est fait pour toi ? », des tchats, des témoignages... avec des professionnels, des apprentis, des élèves ingénieurs… On peut aussi visiter, par exemple, une usine marémotrice, découvrir un taxi volant, voyager au cœur de l’infiniment petit avec les composants microélectroniques. Le parcours s’organise autour des 4 grands défis de l’Usine Extraordinaire : l’innovation, l’inclusion, l’industrie 4.0 et le développement durable. C’est très ludique : on clique sur des hotspots pour découvrir les contenus, qui font gagner des points et des récompenses qui peuvent ensuite être partagés sur les réseaux sociaux. En tout, plus de 200 contenus seront mis en ligne.

3/ Est-ce une plateforme ouverte à tous ?

Oui, c’est l’avantage du digital : nous donnons l’opportunité à tous les élèves, partout en France, d’accéder à ces contenus, qu’ils habitent dans une région industrielle ou en milieu plus rural.

Notre cœur de cible est bien sûr les collégiens et lycéens, à l’heure des choix d’orientation ; mais ça s’adresse aussi aux demandeurs d’emploi ou aux professionnels qui veulent se réorienter.

Plus de cent professionnels de la France entière se sont proposés pour expliquer leur métier, leur parcours ou pour répondre aux questions dans des séances d’échanges interactifs. Il y aura des ingénieurs, des responsables d’exploitation, des secrétaires, des techniciens de maintenance, des DRH, des commerciaux : preuve qu’ils se sentent bien dans leur métier et qu’ils veulent partager leur expérience.

Du côté des élèves, la mobilisation est là aussi : nous comptons déjà plus de 670 classes inscrites pour près de 20 000 élèves, de toute la France métropolitaine et des Outre-Mer, et même des lycées français de l’étranger ! Nous remercions les professeurs qui nous font confiance.

4/ C’est un défi de casser les clichés sur l’industrie ?

C’est bien notre objectif de susciter des vocations et de faire découvrir, sous une forme ludique et pédagogique, le panel de métiers, de carrières et d’opportunités qu’offre l’industrie. Et c’est en rendant cela concret qu’on intéresse le public : après l’édition à Marseille en 2018, l’agence Pôle Emploi a observé une augmentation de 20 % de réponses aux offres.

Cet événement annuel s’appelle l’Usine Extraordinaire pour montrer qu’une usine, ça sort de l’ordinaire et que les objets fabriqués sont vraiment extraordinaires ; de par leurs dimensions : de la grue de 75m de haut à la micro puce électronique du téléphone, jusqu’à la dimension de l’atome... On ne mesure pas tout cela au quotidien !

Mis à jour le 18/11/2021

Partager