L'industrie pétrolière

B&M Noskowski /iStock
L’activité du raffinage se déroule dans un contexte économique particulier. Elle est « coincée » entre deux marchés relativement indépendants, influencés par les évolutions de l’offre et de la demande au niveau mondial : le marché du pétrole brut et le marché des produits finis pétroliers.


Le raffinage

Le raffinage du pétrole est la transformation du pétrole brut en produits pétroliers finis. Sans transformation, le pétrole brut ne possède qu’une faible utilité. A travers la séparation et la transformation de ses composants, le raffinage permet d’en extraire aussi bien des produits nécessaires aux activités de la vie courante (chauffage, transport, cuisine…) que des produits dérivés utilisés dans des processus industriels (pétrochimie, revêtements routiers…). Cette gamme de produits illustre l’importance du raffinage dans l’économie. La grande variété de produits issus du pétrole brut s’explique notamment par la richesse de ses composants, aux propriétés chimiques multiples.

Les différents produits issus du raffinage

On peut classer les produits finis pétroliers en quatre catégories :

Les carburants :

  • Les supercarburants, pour le transport routier
  • Le gazole, pour le transport routier, ferroviaire et maritime
  • Les carburéacteurs, pour le transport aérien

Les combustibles :

  • Le fioul domestique, pour le chauffage domestique
  • Le fioul lourd, pour la génération d’électricité, les usages énergétiques industriels ou le transport maritime

Les produits de spécialité :

  • Les gaz de pétrole liquéfiés (le butane et le propane), aussi bien utilisés comme matière première dans l’industrie chimique que pour un usage domestique (transports, chauffage, cuisine…)
  • Les lubrifiants
  • Le bitume, utilisé comme liant dans les enrobés routiers
  • Le coke, utilisé pour l’élaboration de produits spécifiques, tels que les électrodes.

Les matières premières industrielles

  • le naphta et certains gaz (éthylène par exemple) pour la pétrochimie

La logistique et  la distribution

A la fin de chaque année, l’UFIP réalise une étude sur les réseaux de distribution de carburants routiers en France. Elle s’appuie sur les données publiées par le Comité Professionnel du Pétrole (CPDP), sur une enquête de Nielsen auprès des Grandes et Moyennes Surfaces (GMS) et sur un sondage auprès de ses adhérents des « réseaux traditionnels ».

Les principaux résultats de cette édition 2017 sont :

  • Poursuite de la légère hausse de la consommation totale de carburants routiers* (+0,6 %)
  • Hausse des volumes d’essences consommés (+3,9%), dans la continuité de 2016
  • Baisse de la part du diesel (-0,6%) à 80,1%
  • Hausse de la part du SP95-10 dans les ventes d’essence et du nombre de stations le proposant
  • Maintien de la part de marché des stations-service des réseaux traditionnels à 38,6%
  • Poursuite de la baisse du nombre de stations-service dans les réseaux traditionnels (-66) et de la hausse du nombre de stations-services dans les GMS (+19).

* hors gazole pêche

Mots clés
Mis à jour le 23/01/2019

Partager

Sur le même sujet

Article